A propos

UN PEU D’HISTOIRE

Durant l’été 1906, deux jeunes étudiants, en vacances à l’abbaye de Tamié, en Savoie, forment un projet qui semble tenir du rêve : créer une maîtrise d’enfants qui irait d’église en église, de ville en ville, porter le témoignage vivant de l’authentique musique religieuse.
Ce rêve devient, dès l’année suivante, une réalité. Plus riche d’enthousiasme que d’argent, nos deux jeunes gens s’installent dans une masure d’un faubourg parisien et accueillent les premiers enfants.

Les Petits Chanteurs à la Croix de Bois sont nés.
La première répétition a lieu le 10 janvier 1907 et la première audition, en l’église St-Germain l’Auxerrois, en octobre suivant. Le succès est immédiat…
Les Petits Chanteurs, d’abord appréciés à Paris, sont rapidement adoptés par la France entière.
La qualité de leurs chants, la pureté de leur voix, en opposition avec le style musical alors répandu, soulèvent étonnement et enthousiasme.
L’aube blanche et la petite croix de bois accrochée à leur cou apparaissent, dans leur sobriété, comme les signes de ce renouveau.
L’histoire de le Manécanterie des Petits Chanteurs à la Croix de Bois commence.
Elle connaîtra bientôt l’épreuve de la guerre 1914-18, qui fait des ravages dans ses rangs. Mais rien ne peut entamer sa foi. La Manécanterie continue, plus déterminée que jamais, après la tourmente…

En 1924, la direction de la Manécanterie est confiée à un jeune prêtre, l’Abbé Maillet. Cela ressemble à un nouveau départ. Homme d’une stature exceptionnelle, animé d’une foi débordante, l’Abbé Maillet ne tarde pas à imprimer sa marque dans la vie des Petits Chanteurs.
Le répertoire musical, exclusivement religieux, était jusque-là essentiellement composé de grégorien et de musique polyphonique des XVe et XVIe siècles : Jehan Mouton, Josquin des Prés, Palestrina, Victoria, Roland de Lassus.
S’ajoutent des pièces d’auteurs contemporains composées parfois spécialement pour la Manécanterie : Darius Milhaud, Francis Poulenc, suivis plus tard par Florent Schmitt, Arthur Honegger.

Il innove par ailleurs en dotant les Petits Chanteurs d’un répertoire profane avec des chansons populaires françaises et étrangères et des œuvres de premier plan : Vincent d’Indy, Claude Debussy, Maurice Ravel, Jacques Ibert, Claude Delvincourt.
Cet élargissement du répertoire, qui leur donnera une couleur spécifique, permet également à la Manécanterie d’atteindre des publics nouveaux.

L’Abbé Maillet conduit la Manécanterie hors des frontières, d’abord dans les pays voisins, puis, dès 1931, avec une audace incroyable pour l’époque, en Amérique du Nord.
Les Petits Chanteurs reçoivent un accueil triomphal aux États-Unis et au Canada. C’est le début de leur croisade internationale.
Ils ne cesseront depuis de parcourir le monde : quatre-vingt pays visités et quatre tours du monde à ce jour.
La guerre de 1939-45 est pour les Petits Chanteurs, comme pour tout le monde, une longue période d’épreuves, avec ses souffrances et ses morts. Pourtant, la paix revenue, en 1945, l’Abbé Maillet prend une initiative capitale qui va bientôt transformer et élargir le rôle des Petits Chanteurs. Ceux-ci avaient, depuis plusieurs années, souvent à leur insu, fait des émules. Après leur passage de ville en ville, en France et à l’étranger, des groupes de Petits Chanteurs s’étaient spontanément créés à leur image. Ces  » Manécanteries » nouvelles demandaient à l’Abbé Maillet de les aider.

Il décide alors de fonder la Fédération Internationale des Petits Chanteurs, qui réunira tous les groupes et sera ouverte à tous les chœurs d’enfants animés du même idéal. Le mouvement prend une ampleur considérable et les adhésions arrivent du monde entier.
En 1949, trois mille enfants de quinze pays différents se réunissent à Rome, où le Pape Pie XII célèbre la Messe spécialement pour eux dans la basilique Saint-Pierre. Un nouveau Congrès a lieu dans les mêmes conditions en 1951.
Rome reconnaît alors officiellement la Fédération Internationale des Petits Chanteurs et nomme son président, l’Abbé Maillet, « Prélat de Sa Sainteté ».
En 1953, a lieu en Allemagne, à Cologne, le « Congrès de la réconciliation ». Puis c’est à nouveau Rome en 1954, Paris en 1956, Lourdes en 1958, Rome en 1961.
Le Pape Jean XXIII appelle les Petits Chanteurs à la Croix de Bois « mes petits missionnaires de la Paix ».

en 1963, Mgr Maillet quitte ce monde et laisse les Petits Chanteurs à la Croix de Bois orphelins.
Son second, l’Abbé Delsinne, lui succède. Pendant quinze ans, jusqu’à sa mort en 1978, il conduira la Manécanterie avec talent et détermination sur la voie tracée par Mgr Maillet.
Les Petits Chanteurs sont revenus depuis à la formule de leurs débuts, avec une direction collégiale.
La résidence des Petits Chanteurs se trouve à Glaignes, près de Crépy-en-Valois, à une cinquantaine de kilomètres de Paris, en pleine verdure.
Une centaine d’enfants y vivent en internat, dans une ambiance familiale. Ils y reçoivent un enseignement général conforme aux programmes officiels, du CM1 à la 3ème.

La formation musicale et vocale est assurée par trois professeurs. Elle comprend l’enseignement de la polyphonie, le solfège et des cours de chant individuels et collectifs. Les enfants ne participent aux voyages qu’après une période de préparation. Des professeurs les suivent en tournée et dispensent leurs cours selon une formule de mi-temps, bien rodée, mais qui exige des élèves une certaine discipline. La vie du Petit Chanteur se termine à l’issue de la classe de 3ème. Il continue alors ses études, dans une école de son choix. Un petit moment de nostalgie, vite surmonté, peut accompagner ce départ, mais le Petit Chanteur aborde une nouvelle existence riche d’une expérience et d’une ouverture d’esprit exceptionnelles.
Le grand compositeur français Darius Milhaud écrivait :
« La Manécanterie des Petits Chanteurs à la Croix de Bois est un miracle de la foi, de la ténacité, de l’enthousiasme et du talent ».

Ce miracle, peut-être tient-il tout simplement à cet esprit « Mané » qui se transmet de génération en génération, comme le « témoin » dans une course de relais. Quelles que soient les évolutions nécessaires, l’âme reste la même. Les Petits Chanteurs d’aujourd’hui ressemblent étrangement aux Petits Chanteurs d’hier, comme à ceux de demain.
Anonymes dans leurs aubes blanches, ils constituent depuis presque cent ans la grande famille des Petits Chanteurs à la Croix de Bois.

"DIEU NOUS EST PROCHE" |
Pourquoi suis-je sur terre |
la confrerie des playdébils |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | voyance et cartomancie
| Eclairage Evangélique
| Rackam