REVUE DE PRESSE

A la Une: le massacre de Beni en République Démocratique du Congo

Diffusion : lundi 15 août 2016
A la Une: le massacre de Beni en République Démocratique du Congo
© AFP/Pius Utomi Ekpei

« La ville de Beni compte encore ses morts » rappelle ce matin dans ces titres La prospérité, le quotidien de Kinshasa:
Pour la société civile, « les forces de sécurité auraient pu empêcher ces massacres car, la population avait déjà signalé la présence de ces rebelles dans la ville quelques heures auparavant. on l’a toujours dit, il ne faut pas subir les évènements, mais plutôt les précéder. Puis qu’ils [les rebelles ADF] sont venus jusque dans le cœur de la commune de Behu jusqu’à côté du quartier Rwangoma », a dénoncé le président de la société civile de Beni-ville, le pasteur Gilbert Kambale. La population en colère est descendue dans la rue pour protester contre ces massacres et demander la démission de certaines autorités du pays.

Toujours dans l’actualité africaine du week-end, la vidéo diffusée hier par Boko Haram au Nigeria. Apparaissent des jeunes filles présentées comme les lycéennes enlevées par le groupe jihadiste nigérian en avril 2014 à Chibok, dans le nord-est du pays. La plupart des sites d’information nigérians reprennent cette information. Le site Punch
annonce de son côté que l’Etat de Borno, qui est encore la place forte de Boko Haram, a reçu un million de dollars américains de la fondation Bill et Melinda Gates pour les victimes du groupe terroriste. 40 000 familles vont recevoir une aide alimentaire sous forme de 25 kilos de riz et 10 kilos de haricots et une partie de ce don sera investi dans une centaine d’hectares dévolues à la culture des légumineux.

La presse malienne revient ce matin sur la situation à Kidal

Pour le quotidien malien l’Aube, l’avenir du Mali se joue à Kidal : « Pendant que l’attention et tous les efforts sont orientés vers l’Accord de paix, … la Coordination des mouvements de l’Azawad  et le Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia) sont engagés dans des combats meurtriers à l’arme lourde pour le contrôle de la capitale  et de l’ensemble de la région. Cette lutte sans merci entre frères d’hier tourne aujourd’hui à l’avantage des combattants du Gatia qui assiègent Kidal. A tout moment, « ça peut péter » avec les conséquences que nul ne peut imaginer, met en garde CH Sylla. »

Au Bénin, « de nombreux hauts gradés de l’armée détenteurs de faux diplômes » titre La Nouvelle Tribune . « Des agents permanents de l’État détenteurs de faux diplômes, il y en a dans tous les secteurs de l’administration, même dans l’armée béninoise. C’est ce qu’a laissé entendre hier le Président du Front des organisations nationales contre la corruption (FONAC), Jean-Baptiste Elias au cours d’une émission télévisée. écrit Yao Hervé Kingbêwé. La liste a été fournie au gouvernement, c’est à lui d’agir. »

Toujours dans La Nouvelle Tribune, on apprend que « Le microcosme politique béninois vient une nouvelle fois de s’enrichir…. Avec le Parti pour la libération du peuple [PLP qui se veut un parti d'opposition au Président Patrice Talon]… Il souhaite que le gouvernement ne limite pas les audits à la filière véhicules d’occasion mais l’étende à la Société pour le développement du coton, au Programme de vérification des importations et à la centrale électrique de Maria-Gléta. »

Dans le quotidien français Libération reportage sur l’épuisement du filon des centre d’appels

« Centre d’appels : la Tunisie décroche » c’est le titre de l’enquête signée du correspondant à Tunis, Mathieu Galtier. Dans une Tunisie en crise économique aigüe, le secteur emploie encore 22 000 personnes, dont des diplômés du supérieur qui n’ont pas d’autres opportunités comme Imad qui témoigne de ses conditions de travail de plus en plus difficiles à supporter. Les salaires sont corrects, de l’ordre de 700 dinars, soit près de 300 euros. Mais les employés de cette filière souffrent d’une concurrence toujours plus vive exacerbée par la libéralisation du secteur et les progrès technologiques qui tarissent le filon . Pendant ce temps-là, les concurrents se mobilisent : Madagascar et l’Ile Maurice. Le Maroc est aussi dans la course. Ce qui n’est pas forcément un drame pour la Tunisie. La responsable de la communication du centre d’innovations, Monia Jendoubi interrogée par Mathieu Galtier, affirme que le secteur n’est plus le bienvenu : « Nous visons les activités à plus haute valeur ajoutée.»

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

"DIEU NOUS EST PROCHE" |
Pourquoi suis-je sur terre |
la confrerie des playdébils |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | voyance et cartomancie
| Eclairage Evangélique
| Rackam