JESUS ROI DE L’UNIVERS ce 21 novembre 2010

saintjean.jpg

Jésus Christ Roi de l’Univers
Mais quel Roi est-ce ?

Qui est Jésus ?

Qui est ce Roi qui vient dans le nom du Seigneur ?
Qu’attend t’Il de nous ?

 

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 18,33-37.

Dans l’Évangile du jour Jésus Roi, cela pose problème car Il a souvent affirmé : « Ma Royauté n’est pas de ce monde ! »

Pourtant, Il est présenté là comme « Roi des Juifs ».

Il est accusé et en mauvaise posture puisque devant le tribunal.

Et là, alors qu’Il n’a jamais revendiqué ce titre, il Lui est attribué d’office par le représentant de l’autorité dominante.

Or à chaque fois qu’on a voulu l’acclamer Roi, le mettre sur un piédestal, Jésus s’est toujours dérobé et a même imposé silence après toute manifestation divine Lui reconnaissant une particularité :  par exemple lors de la Transfiguration.

Et maintenant, alors qu’Il est trainé devant le tribunal de Pilate, l’autorité, c’est le moment où Il choisit pour se reconnaître Roi.

Comment peut Il à ce moment là revendiquer un tel titre alors qu’Il n’en a pas l’apparence selon nos critères humains ?

Cela veut dire que nous humains devons réviser nos conceptions de la royauté.

Jésus a dit à Ses apôtres  : Si quelqu’un veut devenir le premier, le chef, il doit être l’esclave de tous.

Une telle conception de la Royauté, c’est le monde à l’envers selon nos habitudes.

D’ailleurs il suffit de voir quel est le comportement de tous nos chefs dirigeants.

Il ne sont nullement « au service », ils ne pensent qu’à se servir et leur entourage également.


Par ailleurs ce face à face entre le « puissant » de l’Empire Romain et l’accusé est assez paradoxal.

Ce n’est pas un interrogatoire au sens propre du terme, mais plus un dialogue. Et c’est justement le représentant de l’Empire Romain qui sous couvert d’une question : « Es-tu le roi des Juifs ? » lance l’affirmation clef : Alors, tu es Roi…

Jésus en gros Lui répond : tu as tout compris, tu le dis toi-même !


Mais Pilate peut être tranquille car Jésus ne va pas s’opposer à César,
c’est Lui même qui a dit à ses disciples qu’il fallait payer l’impôt à César. Car Son Royaume n’est pas de ce monde…

Il suffit de voir ceux qui L’entourent, « Sa cour », des disciples qui se sont presque tous enfuis. Comparativement regardons ce qui se passe pour les « grands » de ce monde, Quoi qu’ils ne soient pas rois, c’est pourtant le même type de rapport qui est institué : ce sont des « dominants », des despotes etc.. qui n’ont cure de ceux qui, par voie électorale (il y a de quoi s’interroger sur nos disfonctionnements séculaires et séculiers ), les ont « mis » en place.

Malgré tout, ils sont affublés d’une garde inimaginable pour assurer, garantir leur « sécurité » ou leur despotisme avec notre mutuel consentement ! 


Mais la Royauté de Jésus n’est pas de ce monde. Il n’a rien d’un pontife politique et n’est donc une menace pour personne.

Mais Il agit avec une « autorité » naturelle et les puissances du mal ne peuvent Lui résister.

Face à la Loi Il se permet de l’interpréter à Sa manière et cela justement « dérange » car impossible de Le prendre en défaut où de le piéger sur une question soit dit difficile. Normal car justement Il est Roi, « Maître de la LOI » et Il est venu posé les fondations du Royaume sur terre et rendre témoignage à la Vérité.

Mais pouvons nous y adhérer ?


Pourtant Il indique qui Il EST. Jésus dit : « 
Tout homme qui appartient à la vérité écoute ma voix. », or Seul Dieu dit « écoute » à Son peuple.

Nous pourrions penser que notre ouverture est meilleure que celle de ces hommes. Mais il n’en est rien.

Quoi qu’aussi assoiffés que nous de paraître, pouvoir, reconnaissance, domination égocentrisme et bien d’autres qualificatifs nous représentant, nous, nous avons connaissance de la vie de Jésus, de Sa Divinité, pourtant nous demeurons tout aussi hostiles à son message d’Amour. Sa royauté nous étant toujours aussi insaisissable, plutôt de nous ouvrir à Lui, nous nous rebellons et faisons ainsi  le jeux de l’Antique Ennemi.

Nos dirigeant qui ne sont même pas « Roi » et quand ils le sont, c’est du domaine de l’hypothétique, ne reconnaissent aucun droit de cité de Jésus dans nos institutions et vont jusqu’à vouloir rayer son existence de nos neurones.

                                               

Jésus, tout comme le passé, « dérange » en étant tout simplement ce qu’Il EST sans que nous ayons à donner une quelconque approbation : Prêtre Éternel, Seigneur et Roi.

Et ce titre, il ne l’a pas gagné parce qu’Il serait le « fils » pistonné de Dieu Père.

Non, ce titre Lui revient car c’est par Son Sang que l’Agneau Immolé nous a chèrement racheté pour faire de nous, à sa suite, des héritiers du Royaume Céleste.

Cependant, nous devons accepter de nous laisser transformer par la Vérité pour faire partie du Royaume.

Lui sollicite notre adhésion à Son Plan de salut de l’humanité et hautainement nous nous en défions. Mais nos dirigeants qui eux nous doivent leur situation et leur revenu, n’hésitent pas à mettre sur pied un énième plan de destruction de l’humanité tant physiquement que spirituellement. Pourtant nous continuons à leur accorder du crédit et acceptons docilement qu’ils nous tondent.

Aussi mon Seigneur  et mon Dieu Je crie vers Toi : Que Ton Règne vienne, nous t’attendons.

Certes nous sommes tous indignes, mais par Ta Grâce et Ta Miséricorde modèle nous pour que nous puissions faire partie de Ton Royaume avec la Trinité Suprême et toutes Tes créatures divines.

VIENS SEIGNEUR JÉSUS CHRIST ET ROI DE L’UNIVERS ET BONNE FÊTE A TOI !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

"DIEU NOUS EST PROCHE&... |
Pourquoi suis-je sur terre |
la confrerie des playdébils |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | voyance et cartomancie
| Eclairage Evangélique
| Rackam