DIMANCHE DES RAMEAUX 2009

50.jpg

 Mt 21, 1-11 ; Mc 11, 1-21 ; Lc 19, 28-48 ; Jn 12, 12-16

Le dimanche 5 avril : L’entrée à Jérusalem
méditation pour les PETITS CHANTEURS 
Mes chers PETITS CHANTEURS,« Nous tenons à la main ces rameaux pour acclamer le triomphe du Christ. Pour que nous portions en lui des fruits qui te rendent gloire, donne-nous de vivre comme lui en faisant le bien. »  Voila la Prière de la bénédiction des rameaux que nous écoutons ce matin avant de commencer notre procession et d’entrer dans notre église paroissiale et chanter ensemble « Hosanna, hosanna » . Il y aura beaucoup de monde aujourd’hui dans nos églises. Il y aura même beaucoup de gens  qui ne sont pas chrétiens, des curieux, des gens que nous n’avons jamais vu, même dans nos « Shirika ». 

Je sais bien, Seigneur, que cela déplaît à tels ou tels chrétiens quelque peu puritains ou rigoristes qui voudraient une manifestation plus dépouillée de tous ces gestes religieux.Mais le dimanche des rameaux c’est une fête, une grande fête pour notre monde africain. C’est un peu l’avant gout de ce que sera dimanche prochain la fête de Pâques. 

Mais retournons sur nos pas.
Ce jour-là, à Jérusalem, il y eût tout autant d’ambigüité. La foule était heureuse, chaleureuse. Elle se retournera quelques jours plus tard. Les disciples voyaient enfin l’accomplissement de ce qu’ils espéraient. Jésus va inaugurer son Royaume, leur royaume. Les rêves impossibles longtemps cachés dans leurs cœurs. Mais, hélas,  pas selon le programme de Jésus, qui entre à Jérusalem assis un ânon, accompagné par des pauvres gens, probablement rêveurs eux aussi. 

L’homme rêve toujours. Rêve ce qui n’a pas aujourd’hui. Rêve le bonheur, rêve la richesse, rêve les honneurs, rêvé sans fin. Sa vie est pleine de rêves utiles et inutiles, rêves qui se réaliseront, mais aussi rêves qui resteront toujours des simples rêves. 

Mais parfois le revenus oblige à avoir notre tète dans les nuages, hors de la réalité, et nous créons en nous et autour de nos des psychoses de choses que nous n’arriveront jamais ni à posséder, ni a sentir. 

Des apôtres rêveurs, des gens rêveur… mais un Jésus réaliste. Attention donc à trop rêver, car nous pouvons bien tomber malades d’une maladie qui n’a pas de médicaments pour être soignéeJésus, tu savais bien que toute cette fête se déroulait dans un malentendu. Ton royaume n’est pas de ce monde. Tu seras abandonné, sauf par ta mère, quelques femmes et saint Jean. Sur le chemin du Calvaire tu rencontrera Simon de Cyrène, la Véronique, les femmes qui pleurent, ta maman…Le centurion comme le bon larron le découvriront dans le dénuement de la croix.

Seigneur, donne-moi de t’accueillir sans ambiguïté,  sans trop rêver l’impossible, dans l’acceptation de ce que tu me demandes de vivre avec toi et comme toi. 

Oui pas rêver l’impossible, mais rêver la possibilité de l’amour. Dieu a tant aimé le monde, et il a donné son Fils… pour que tous aient la vie éternelle.Il y a des jours de fête, il y a des jours de solitude. Il n’y a de définitif que l’amour.

C’est vrai que le désir de l’amour, c’est la durée, parce que c’est le vrai désir de l’être. Mais le désir de l’être, c’est Dieu, quoi qu’il en coûte. Et tu me l’as dit de maintes manières : il est impossible de se tourner vers Dieu sans accueillir ce qu’il me demande, oui, quoi qu’il en coûte. 

© kakaluigi 2009

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

"DIEU NOUS EST PROCHE&... |
Pourquoi suis-je sur terre |
la confrerie des playdébils |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | voyance et cartomancie
| Eclairage Evangélique
| Rackam